logo.jpg

Bancaù, Bancaou - nom commun - masculin

Bande de terre soutenue par un mur en pierre sèche, typiquement provençal, elle fait partie intégrante du paysage méditerranéen.

Faite à partir des matériaux trouvés sur place : des pierres et de la terre.

Témoin d’ingéniosité et de bon sens constructif de nos anciens, elle permet de dompter une nature rude pour tirer du terroir le meilleur parti.

Elle abrite différents petits animaux dans ses interstices et permet de retenir l’eau tout en limitant l’érosion.

 

Culture locale

Tout commence par un site : son paysage, son climat, son histoire, son atmosphère.
La première mission du projet d’architecture est justement d’atteindre l’harmonie entre le paysage, la construction et le site où celle-ci s'inscrit, tout en remplissant la mission initiale qui a été confiée.


Une analyse fine du territoire et des ses enjeux est le point de départ de la réflexion.

Depuis toujours, l’Homme extrait de son environnement pour bâtir. 
Il y trouve les matériaux de construction et s’appuie sur une orientation juste.
Sa maison entre en résonance avec son site dans un dialogue proportionné et immuable.

Les réflexions engagées par l’atelier s’inscrivent dans cette démarche et cherchent à convoquer la culture locale au travers de projets en lien avec les territoires dans lesquels ils s’inscrivent.


Quand le contexte le permet, l’atelier explore en premier lieu la ressource in situ. 

Le choix des matériaux de construction, toujours au centre des réflexions, apparaît dès les prémices de l’esquisse et conditionne l’architecture au fil des explorations. 
Ce choix s’oriente de manière systématique vers des matériaux naturels, bruts, bio-sourcés, recyclables ou recyclés, et dont la ressource est la plus locale possible.
 

Architecture raisonnée

EPSON008-1_edited_edited.jpg

L’atelier s’appuie sur une conception rationnelle du bâti, basée sur des procédés simples et efficients plaçant le futur habitant au centre des réflexions.


Le résultat final devra parler de pérennité, de confort et de générosité sans dépasser les besoins.


L’histoire de la construction et le savoir des anciens est une source inépuisable. 
L’intention est de remettre au centre des préoccupations l’utilisation de ces principes élémentaires, parfois oubliés, en les réinterprétant dans une logique d’éthique constructive.


La ventilation et la lumière naturelle, le rafraîchissement passif, l’hygrométrie, l’inertie thermique des matériaux, l’entretien des matériaux... sont autant d’outils qui permettent de réduire au strict minimum les consommations d’énergie, tout en assurant un confort accru.


Une fois de plus, il s’agit de faire appel au bon sens constructif.



 

«Chercher l’essentiel sans avoir recours à des apports superflus et sans vouloir faire des gestes techniques qui dépassent les besoins»                                                          

 André Ravéreau